Octobre est le mois de la sensibilisation au TDAH

On demande aux Canadiens de Participer au « défi TDAH 2016 »

Contribuez à la sensibilisation au TDAH, mettez vos talents en valeur et aidez à amasser des fonds pour faire connaître le TDAH et faire valoir les droits des personnes atteintes partout au Canada, tout cela en même temps!

Le Centre for ADHD Awareness, Canada (CADDAC) invite instamment tous les Canadiens à participer à un défi de leur choix en octobre dans un effort visant à faire connaître le TDAH et à contribuer à amasser des fonds pour la sensibilisation et les initiatives de défense de droits, d’un océan à l’autre. Peu importe votre âge, nous vous invitons à relever un défi personnel pendant le mois d’octobre, soit le Mois de la sensibilisation au TDAH, avec l’appui de vos parrains. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez le site Web du CADDAC (en anglais).

Campagne de sensibilisation 2016

Le TDAH au sein du système judiciaire canadien

Le Center for ADHD Canada veut attirer l’attention sur un enjeu important longtemps ignoré par le système judiciaire canadien. Le taux de prévalence du TDAH au sein de la population correctionnelle est cinq fois plus élevé que dans la communauté et, chez les jeunes, il est dix fois plus élevé. Malgré tout, peu de mesures ont été prises pour mettre en œuvre des protocoles d’évaluation et de traitement au sein des systèmes judiciaire et correctionnel du pays. Pourtant, la recherche et l’expérience sur le terrain nous montrent que de telles mesures auraient des avantages significatifs.

Le CADDAC a récemment lancé un nouveau livre blanc intitulé « Les avantages liés à la reconnaissance et au traitement du TDAH pour les systèmes judiciaire et correctionnel canadiens » qu’il a transmis au ministère de la Justice, à Service correctionnel Canada, aux associations d’avocats/au barreau et aux tribunaux dans l’espoir d’accroître la sensibilisation et d’ainsi ouvrir le dialogue sur l’adoption de mesures de dépistage, d’évaluation et de traitement de ce trouble dans l’ensemble du système judiciaire. Même si la question pourrait provoquer un certain malaise au sein de la communauté du TDAH, le CADDAC croit qu’il est grand temps que nous l’abordions afin de trouver de meilleures solutions. La recherche nous a montré que les bienfaits associés au traitement l’emportent de loin sur ce que l’on peut retirer des mesures correctionnelles, pour toutes les personnes impliquées.

Le TDAH demeure souvent non diagnostiqué et sous-traité à l’échelle du pays. Les symptômes d’impulsivité associés au TDAH, et le dysfonctionnement exécutif et le déséquilibre affectif qui coexistent bien souvent entraînent une mauvaise maîtrise de soi en général. Quand on combine tout cela à l’automédication de symptômes non reconnus par l’abus d’alcool et d’autres drogues, on comprend aisément comment le TDAH augmente le risque d’avoir des démêlés avec la justice.

La mise en œuvre de procédures de dépistage et d’évaluation au sein du système judiciaire augmenterait les chances que les personnes atteintes de TDAH soient ciblées et reçoivent le traitement approprié.

Le dépistage et le traitement rapides du TDAH seraient profitables pour les contrevenants et la société et réduiraient les coûts pour le système judiciaire en :

  • modifiant potentiellement le parcours d’un jeune vers la criminalité par une intervention rapide;
  • réduisant l’alcoolisme et la toxicomanie, les comportements criminels de 32 à 41 % et le récidivisme;
  • améliorant les comportements perturbateurs et agressifs des détenus pendant leur séjour, réduisant ainsi la prolongation des peines;
  • améliorant le traitement des troubles de santé mentale concomitants, les comportements suicidaires, et l’alcoolisme et la toxicomanie, qui sont souvent associés au TDAH et dont le traitement est beaucoup plus efficace quand le TDAH est d’abord pris en charge;
  • donnant un meilleur accès à des programmes de réhabilitation et d’éducation dans les établissements correctionnels.

En résumé, la diminution des comportements criminels, un meilleur comportement des détenus pendant leur séjour et une meilleure réhabilitation globale de ces détenus amélioreront leur qualité de vie et celle de leur famille, réduiront les coûts pour le système judiciaire, profiteront à la communauté vers laquelle ils retournent et à la société canadienne en général.

Consulter notre livre blanc : « Les avantages liés à la reconnaissance et au traitement du TDAH pour les systèmes judiciaire et correctionnel canadiens »

Consulter nos Messages clés

Consulter notre Communiqué de presse

présentation Powerpoint 

Avez-vous manqué nos messages de la campagne de 2015?

Pour plus de renseignements sur la sensibilisation au TDAH:

Information sur le TDAH chez l’adulte.

Informez-vous et arrêtez de souffrir en silence!

Les coûts du TDAH

Les répercussions du TDAH augmentent aussi les coûts pour les soins de santé, l’éducation, le milieu du travail, les services sociaux et le système judiciaire. Si non traité, le TDAH empêche les gens de se réaliser à leur plein capital humain et social, entraînant des coûts socioéconomiques importants pour le gouvernement canadien. Les effets nuisibles du trouble, exacerbés par un sous-diagnostic et un sous-traitement continus du TDAH, se traduisent directement en une augmentation des coûts. Un impressionnant 90% des adultes ne sont pas traités, en dépit de l’impact important du TDAH sur l’individu et sa famille. Veuillez consulter à notre livre blanc sur les coûts du TDAH.

CADDAC a besoin de votre aide! Impliquez-vous et dites aux autres que le TDAH est important pour tous!

Connaissez-vous une personne atteinte d’un TDAH? Il est fort probable que la réponse soit oui. Prenez le temps de connaître les faits, de comprendre la réalité de ce trouble et de vous impliquer à éduquer les autres Canadiens sur ce trouble si commun, mais si mal connu.

CADDAC demande à tous les Canadiens de SE SENSIBILISER et DE S’INFORMER sur le TDAH!