Cas vécus

DE QUI NOUS PARLONS

Ces cas tentent de mettre un visage sur les multiples présentations des symptômes du TDAH dans l’espoir d’une meilleure compréhension. Ils ne représentent pas tous les symptômes du TDAH, ni le TDAH à un âge donné, ni à un genre particulier. Le TDAH est un trouble complexe et varié qui se manifeste de différentes façons, pouvant être parfois difficile pour les gens de décrire. Les personnes atteintes d’un TDAH peuvent manquer de concentration ou trop en avoir, elles peuvent être hyperactives ou calmes, elles peuvent apparaître comme très alertes ou lunatiques. Les symptômes du TDAH varient selon le sous-type et peuvent aussi changer tout au long de la vie. Bien que La caractéristique du TDAHsoit que les symptômes ne disparaissent pas selon les différentes situations, ils peuvent varier d’un jour à l’autre ou tout au long de la journée.

Des troubles comorbides comme la dépression, l’anxiété, la toxicomanie ou autre peuvent également modifier l’apparence du TDAH. C’est pourquoi une évaluation approfondie par un expert dans le domaine du TDAH est nécessaire pour un diagnostic précis. Vous remarquerez que ces cas ont tous des résultats positifs. S’il est vrai qu’avec l’aide appropriée le TDAH peut être géré avec succès, en réalité l’accès à une telle aide n’est pas toujours facile et peut être coûteux.

LE CAS DE CHARLIE

Charlie a 10 ans. Il est un garçon exceptionnellement intelligent avec une imagination active. Il a du mal à rester assis, a de la difficulté à rester concentré sur son travail, manque souvent ce que dit l’enseignant et interrompt fréquemment son enseignant et ses camarades de classe. Charlie agit et réagit généralement avant d’envisager les conséquences ce qui lui vaut des ennuis avec ses camarades de classe et il finit souvent par passer du temps dans le bureau du directeur. Sa performance à l’école est imprévisible et chaque jour il déteste y aller.

Charlie désire vraiment se contrôler, mais il ne peut pas ce qui entraîne souvent chez lui des sentiments de frustration extrême, d’isolement et de confusion. Au fil du temps, il est devenu beaucoup moins expressif car il craint qu’il finira gêné ou dans le trouble. En raison de son comportement impulsif, les autres enfants ont récemment commencé à se moquer de lui et de l’appeler par des noms. Charlie pense qu’ils ont raison. Charlie souhaiterait avoir au moins un ami.

Beaucoup d’enfants comme Charlie ont des problèmes avec leurs enseignants, mais Charlie a de la chance. Son enseignante a récemment exprimé son inquiétude aux parents de Charlie car elle avait remarqué qu’il avait vraiment de grandes difficultés à rester organisé, à se concentrer en classe et à exprimer sa frustration de manière appropriée. Les parents de Charlie avaient remarqué des problèmes similaires, mais ils pensaient que Charlie avait juste besoin de faire plus d’efforts. Ils ont essayé sans succès de le coucher plus tôt, mais il demeurait simplement éveillé et tournait dans son lit toute la nuit. Ils ont également essayé de contrôler son alimentation et sa consommation de sucre en espérant que cela aiderait avec son inattention et son hyperactivité.

Après avoir rencontré plusieurs professionnels des soins de santé, y compris un médecin qui se spécialise dans le TDAH et un psychologue qui a complété des tests psychopédagogiques, Charlie a reçu un diagnostic et ses parents se sont éduqués sur la meilleure façon de l’aider et de lui donner soutien.

Charlie est atteint d’un TDAH.

LE CAS DE SALLY

Sally a 17 ans. Elle est calme et la plupart des gens disent qu’elle l’a toujours été. Elle s’est toujours crue différente des autres. Sa mère est parfois frustrée et dit qu’elle est lunatique, car Sally semble toujours être dans la lune et ne peut jamais se souvenir de ce que sa mère lui a demandé de faire.

Elle travaille fort pour réussir à l’école et a de bonnes notes qui se situent dans la moyenne. En fait, elle passe tellement de temps à faire ses devoirs et à étudier tous les soirs qu’elle n’a pas le temps pour être avec ses amis ou faire d’autres activités. Elle s’inquiète constamment qu’elle ne sera pas en mesure de suivre en classe. Sally a toujours eu du mal à se concentrer à l’école par rapport à ses amis et griffonne souvent en classe si elle est assise à l’arrière.

Sally a récemment été acceptée à l’université. Mais elle se demande si cela vaut la peine d’y aller. Elle s’inquiète de ne pas être capable de suivre et de prendre constamment du retard, surtout si ses parents ne sont pas là pour l’encadrer. Sally est préoccupée car les choses semblent devenir de plus en plus difficiles à chaque jour ce qui la fâche et la rend souvent agitée. Récemment, ses parents lui ont parlé de consulter un médecin.

Au début, on lui a dit qu’elle avait des symptômes de dépression, mais après avoir consulté un spécialiste, elle a reçu un nouveau diagnostic.

Sally est atteinte d’un TDAH.

LE CAS DE KEVIN

Kevin a toujours été populaire à l’école secondaire. Il n’avait pas de bonnes notes, mais les autres pensaient qu’il était toujours bien amusant. À la fin, il allait à l’école juste pour se tenir avec ses amis. Il a décroché avant de terminer son secondaire.

Un ami de son père lui a donné un emploi sur un chantier de construction. Son père pensait que cela serait bon pour lui de travailler à l’extérieur étant donné qu’il avait toujours été actif comme enfant. Kevin était bon dans son travail, mais il ne pouvait pas rester concentré, oubliait certaines tâches importantes qu’il devait faire et souvent ne terminait pas les projets. Il a finalement été congédié. Puis il a changé fréquemment d’emploi sans aucune vision pour son avenir. Kevin avait constamment une faible estime de soi, mais la cachait en faisant des plaisanteries. Finalement, ses parents ont décidé de l’expulser de leur domicile, en espérant qu’en le forçant à se tenir sur ses deux pieds, il deviendrait plus responsable.

Avec le temps, Kevin a continué à se trouver des emplois pour ensuite les perdre à chaque fois. Il les trouvait tous ennuyeux et insatisfaisants. Dans sa vie personnelle, il avait beaucoup de difficultés à bien gérer ses finances comme payer à temps son loyer, s’occuper de ses impôts et à entretenir tout type de relation amoureuse. Alors qu’il était en mesure de rester sur la bonne voie pour de courtes périodes de temps, tout finissait toujours par s’effondrer. Ses amis se mariaient et avaient des enfants. Il savait que quelque chose n’allait pas et il croyait qu’il était paresseux comme tout le monde lui disait depuis les trente dernières années.

Il y a deux ans, il a lu un article dans un magazine. Il pensait que l’article décrivait ce qu’il avait vécu toute sa vie, mais était incapable d’exprimer. L’article suggérait de consulter un médecin, ce qu’il a fait.

Cela a pris du temps, mais avec l’aide de son médecin et d’un groupe de soutien, la vie de Kevin progresse désormais plus facilement, tant au travail qu’à la maison. La première fois que Kevin a assisté à une réunion du groupe de soutien pour des personnes atteintes d’un TDAH, il a été étonné de voir des jeunes comme lui, mais aussi des grands-parents. Ces personnes étaient de nationalités variées et de professions différentes: vendeurs, gens d’affaires, entrepreneurs, avocats, enseignants et même des leaders de la communauté. Une femme à qui il a parlé était une technicienne en informatique et cela l’a inspiré. Il a toujours été intéressé par les ordinateurs et, peut-être, maintenant il pourrait retourner à l’école et obtenir un emploi qu’il trouverait intéressant.

Kevin est atteint d’un TDAH.

LE CAS DE NATHAN

Nathan est ravi d’avoir maintenant 15 ans. Il se dit désormais indépendant et ne veut plus avoir à se rapporter à ses parents aussi souvent. Il a été diagnostiqué avec un TDAH il y a quelques années, mais il ne pense pas que c’est encore important et il ne veut pas qu’on l’embête avec cela. Aussi, il déteste être «étiqueté» et prendre des médicaments. Il constate que le médicament ne fonctionne de toute façon que pour la première partie de la journée et lui donne trop d’effets secondaires.

Il va à l’école principalement pour voir ses amis. La réalité est qu’en classe, il se sent distrait tout le temps et ne peut jamais se concentrer. Il n’aime pas ça du tout: ses enseignants l’ignorent, le réprimandent pour avoir remis ses travaux en retard ou l’envoient au bureau du directeur pour avoir dit des commentaires inappropriés et avoir essayé de faire rire les autres élèves. Quand il est à l’école, il ressent des sensations intenses de frustration et de colère. Il croit que cela ne lui sert à rien d’essayer et même s’il amène ses devoirs à la maison, généralement il ne se souvient plus de ce qu’il devait faire et ne peut pas se concentrer suffisamment pour le faire. Il serait bien mieux de passer tout son temps uniquement sur son ordinateur à jouer en ligne. Il n’a pas de problèmes de concentration lorsqu’il joue en ligne.

Il y a trois mois, le père de son ami Kurt l’a ramené à la maison car il était «gelé» après avoir fumé du pot. Le père de Kurt était très fâché. Il y a une semaine, ses parents l’ont trouvé en train d’escalader de la fenêtre de sa chambre pour aller rencontrer des amis. Il y a deux jours, ce sont des policiers qui l’ont reconduit à la maison. Ils l’avaient trouvé en état d’ébriété dans un ravin et à sauter d’une falaise. Il s’en est tiré avec un avertissement, mais son nom est maintenant dans leur système. Même s’il se sent coupable, il dit à ses parents que ce n’est pas grave. Il est convaincu que l’utilisation de pot et de l’alcool sont la seule façon qu’il peut se détendre parce qu’il est toujours anxieux. Derrière cette réaction se cachent ses véritables sentiments de frustration, d’échec, de découragement et de perte de confiance.

Ses parents se sont impliqués dans la gestion de son TDAH depuis qu’il est jeune. Depuis les deux dernières années, ils luttent pour que Nathan réalise l’importance de bien gérer son TDAH​​. Ils ont utilisé de leur propre connaissance pour réagir à ce dernier incident avec empathie pour le manque de jugement de Nathan, mais savent que certaines conséquences doivent encore être appliquées, tout en sachant que trop réagir ne fera que rendre la situation pire. Pour cette raison, Nathan a finalement accepté de retourner voir son médecin et de parler de rencontrer un thérapeute pour l’aider avec son anxiété. Son médecin a également suggéré d’essayer un nouveau médicament qui pourrait durer plus longtemps et pourrait avoir moins d’effets secondaires. Il a dit à Nathan et à sa famille qu’il y avait de nombreux et différents traitements pour aider avec le TDAH et qu’il les aiderait à trouver ceux avec lesquels Nathan se sentirait mieux.

Nathan est atteint d’un TDAH.

LE CAS DE SUZIE

Suzie est une mère au foyer avec trois enfants et est responsable de jongler avec l’horaire de chacun. Elle veut être une «super maman», mais elle a toujours eu des difficultés organisationnelles. Elle égare souvent les choses et oublie les rendez-vous et les autres choses qu’elle a à faire pour ses enfants.

Quand elle était jeune, Suzie était décrite comme une enfant intelligente qui ne s’appliquait pas toujours. À bien des égards, elle se voit comme une adulte sous-performante ce qui crée un sentiment de frustration et certains sentiments de culpabilité. En fait, elle se sent souvent débordée, mais ressent constamment le besoin d’aider tout le monde.

Bien que d’autres voient Suzie comme toujours très sympathique, voire trop bavarde, elle se sent anxieuse et «down» la plupart du temps, surtout quand elle se rend compte qu’elle a encore omis de donner suite à ses engagements. Son médecin lui a diagnostiqué une dépression et elle a commencé à prendre des antidépresseurs, mais Suzie ne se sent pas que cela l’aide beaucoup. Elle vient d’avoir 40 ans et est fatiguée de se sentir tirée dans tant de directions et d’être incapable de réussir à atteindre ses propres objectifs personnels.

L’année dernière, son fils a été diagnostiqué avec un TDAH et elle a réalisé qu’elle avait les mêmes symptômes. Ceci expliquerait pourquoi souvent elle ne pouvait pas accomplir beaucoup de choses et se sentait accablée tout le temps.

Après son diagnostic, Suzie a travaillé avec un thérapeute pour l’aider à gérer ses symptômes du TDAH. Elle est maintenant plus organisée et productive. Suzie participe aussi à un groupe de soutien qui aide les adultes atteints d’un TDAH en partageant de l’information et l’apprentissage de stratégies d’adaptation tout en leur donnant du soutien. Suzie et son fils sont maintenant la preuve que le TDAH peut être géré avec succès.

Suzie est atteinte d’un TDAH.